Laurence Besse

16 mai 2019 · Modifié · Nathalie Brignoli

Elle est cofondatrice et administratrice de be.care sa, une start-up de l’epfl qui a développé une méthodologie pour permettre à tout un chacun de contrôler son niveau d’énergie et de prévenir les pathologies.

Laurence Besse est une femme d’action, de générosité et une alpiniste chevronnée. L’aventure de Be.care, c’est d’abord une histoire de montagne et d’amitié. Celle d’une rencontre avec le Dr Emmanuel Cauchy, médecin et alpiniste de renommée, avec qui elle gravit le Ratna Chuli. Grâce à lui, elle a ensuite croisé le chemin des Drs Pascal Zellner, Laurent Schmitt et du professeur Grégoire Millet, des scientifiques avec qui elle crée be.care SA, qui met aujourd’hui sur le marché inCORPUS, testé sur des sportifs d’élite. Une méthodologie simple pour contrôler son niveau d’énergie, préserver sa santé et être au sommet de sa forme. Le but: éviter burn out et maladies graves.

ELLE SUISSE. Laurence Besse, quelle femme êtes-vous?

LAURENCE BESSE. Une épouse et une mère avant tout. Mais également une femme active, fondatrice de start-up. Une amoureuse de l’amitié aussi. Mes amis disent de moi que je suis «un couteau suisse» bon d’avoir près de soi en toutes circonstances…

ELLE SUISSE. Parlez-nous de vos qualités premières…

L.B. J’espère être une femme loyale et honnête. Je suis passionnée par tout ce qui fait la beauté de la vie et sensible aux qualités de générosité et d’empathie.

ELLE SUISSE. Et vos défauts?

L.B. Impatiente! Rien ne va assez vite pour moi.

ELLE SUISSE. Quelle rencontre a changé votre trajectoire?

L.B. Celle d’Emmanuel Cauchy en 2003. Il nous a malheureusement quittés l’an dernier, emporté par une avalanche aux Aiguilles-Rouges. Un moment très difficile pour nous tous. Et puis la rencontre la plus importante de ma vie est celle de mon mari, en mai 2011. Je sortais d’un divorce difficile et ne pensais plus me remarier. Depuis, non seulement j’ai épousé François mais nous avons confirmé notre amour cinq ans plus tard, par une nouvelle cérémonie! C’était encore plus émouvant que la première fois.

ELLE SUISSE. Vos passions en dehors de votre métier?

L.B. J’aime cuisiner, prendre soin de mon mari, de mes deux filles, de mes amis, lire, voyager, créer des maisons chaleureuses. La décoration intérieure aurait pu être mon métier. Sans oublier l’activité sportive qui fait partie intégrante de ma vie.

ELLE SUISSE. Quels sont vos restaurants préférés?

L.B. Mon préféré est sans hésiter L’Arpège à Paris (84, rue de Varenne) où Alain Passard sublime les légumes. Son tartare de betterave est inoubliable! Plus près de chez nous l’Auberge Les Platanes (2, rue du Vieux-Collège, Chéserex) où le tartare de bœuf est préparé avec dextérité par la muse du lieu, Ivana Rodrigues. C’est la seule viande que je mange de temps en temps. J’aimerais pouvoir m’en passer…

ELLE SUISSE. Où vous habillez-vous?

L.B. Je vais à l’Adresse (3, rue Juste-Olivier, Nyon), qui réunit de nombreuses marques de prêt-à-porter et chez Carla G. (56, rue de Rive, Nyon) pour la mode italienne. Sinon, je me fournis sur le site Mytheresa (mytheresa.com), qui me sauve lorsque je manque de temps.

ELLE SUISSE. Vos bonnes adresses beauté?

L.B. L’institut Be Perfect (Les Champs-Blancs 34, Chavannes-de-Bogis), Vanessa Mestrallet fait les plus belles extensions de cils. Je vais aussi au centre laser Esthemedis (5, rte du Muids, Clinique de Genolier), Tatiana Peuvrel est une magicienne! Sinon, je citerais l’institut Phebel (6-8, rue de Villereuse, Genève) où Luce Roth prend soin avec amour de notre jeunesse qu’elle rend presque éternelle.

ELLE SUISSE. Vos lieux pour décompresser?

L.B. Les massages du dos et les soins Reiki Harmoniances de Nathalie Chiaureli (14, rte de la Gare, Genolier) sont extraordinaires!

ELLE SUISSE. Où faites-vous vos courses?

L.B. Pour les courses rapides, je vais au Centre Manor Chavannes (ch. Industriel, Chavannes-de-Bogis) et à la Migros (1, ch. de la Fontaine, Nyon). En fait, j’adorerais avoir un potager en permaculture et le jardinier qui va avec, car je n’ai pas la main verte! Le week-end, j’aime aller au marché (94, place du Mont-Blanc, Chamonix-Mont-Blanc) avec mon mari découvrir de beaux produits du terroir et inventer des nouvelles recettes.

ELLE SUISSE. Une femme que vous admirez?

L.B. Charlotte Bouvard. Elle a fondé il y a quinze ans l’association SOS Préma qui se bat pour protéger les plus petits et les plus fragiles d’entre nous. Je l’ai rencontrée en Patagonie chilienne, un coup de foudre amical! C’est une femme inspirante et inspirée qui a accompli un travail phénoménal pour que la voix des familles fragilisée par une naissance arrivée bien trop tôt soit entendue. Elle envisage de créer l’antenne suisse et cherche actuellement des fonds dans ce but.

Tags : Femme · Inspiration · Sport

Elle est cofondatrice et administratrice de be.care sa, une start-up de l’epfl qui a développé une méthodologie pour permettre à tout un chacun de contrôler son niveau d’énergie et de prévenir les pathologies.

Laurence Besse est une femme d’action, de générosité et une alpiniste chevronnée. L’aventure de Be.care, c’est d’abord une histoire de montagne et d’amitié. Celle d’une rencontre avec le Dr Emmanuel Cauchy, médecin et alpiniste de renommée, avec qui elle gravit le Ratna Chuli. Grâce à lui, elle a ensuite croisé le chemin des Drs Pascal Zellner, Laurent Schmitt et du professeur Grégoire Millet, des scientifiques avec qui elle crée be.care SA, qui met aujourd’hui sur le marché inCORPUS, testé sur des sportifs d’élite. Une méthodologie simple pour contrôler son niveau d’énergie, préserver sa santé et être au sommet de sa forme. Le but: éviter burn out et maladies graves.

ELLE SUISSE. Laurence Besse, quelle femme êtes-vous?

LAURENCE BESSE. Une épouse et une mère avant tout. Mais également une femme active, fondatrice de start-up. Une amoureuse de l’amitié aussi. Mes amis disent de moi que je suis «un couteau suisse» bon d’avoir près de soi en toutes circonstances…

ELLE SUISSE. Parlez-nous de vos qualités premières…

L.B. J’espère être une femme loyale et honnête. Je suis passionnée par tout ce qui fait la beauté de la vie et sensible aux qualités de générosité et d’empathie.

ELLE SUISSE. Et vos défauts?

L.B. Impatiente! Rien ne va assez vite pour moi.

ELLE SUISSE. Quelle rencontre a changé votre trajectoire?

L.B. Celle d’Emmanuel Cauchy en 2003. Il nous a malheureusement quittés l’an dernier, emporté par une avalanche aux Aiguilles-Rouges. Un moment très difficile pour nous tous. Et puis la rencontre la plus importante de ma vie est celle de mon mari, en mai 2011. Je sortais d’un divorce difficile et ne pensais plus me remarier. Depuis, non seulement j’ai épousé François mais nous avons confirmé notre amour cinq ans plus tard, par une nouvelle cérémonie! C’était encore plus émouvant que la première fois.

ELLE SUISSE. Vos passions en dehors de votre métier?

L.B. J’aime cuisiner, prendre soin de mon mari, de mes deux filles, de mes amis, lire, voyager, créer des maisons chaleureuses. La décoration intérieure aurait pu être mon métier. Sans oublier l’activité sportive qui fait partie intégrante de ma vie.

ELLE SUISSE. Quels sont vos restaurants préférés?

L.B. Mon préféré est sans hésiter L’Arpège à Paris (84, rue de Varenne) où Alain Passard sublime les légumes. Son tartare de betterave est inoubliable! Plus près de chez nous l’Auberge Les Platanes (2, rue du Vieux-Collège, Chéserex) où le tartare de bœuf est préparé avec dextérité par la muse du lieu, Ivana Rodrigues. C’est la seule viande que je mange de temps en temps. J’aimerais pouvoir m’en passer…

ELLE SUISSE. Où vous habillez-vous?

L.B. Je vais à l’Adresse (3, rue Juste-Olivier, Nyon), qui réunit de nombreuses marques de prêt-à-porter et chez Carla G. (56, rue de Rive, Nyon) pour la mode italienne. Sinon, je me fournis sur le site Mytheresa (mytheresa.com), qui me sauve lorsque je manque de temps.

ELLE SUISSE. Vos bonnes adresses beauté?

L.B. L’institut Be Perfect (Les Champs-Blancs 34, Chavannes-de-Bogis), Vanessa Mestrallet fait les plus belles extensions de cils. Je vais aussi au centre laser Esthemedis (5, rte du Muids, Clinique de Genolier), Tatiana Peuvrel est une magicienne! Sinon, je citerais l’institut Phebel (6-8, rue de Villereuse, Genève) où Luce Roth prend soin avec amour de notre jeunesse qu’elle rend presque éternelle.

ELLE SUISSE. Vos lieux pour décompresser?

L.B. Les massages du dos et les soins Reiki Harmoniances de Nathalie Chiaureli (14, rte de la Gare, Genolier) sont extraordinaires!

ELLE SUISSE. Où faites-vous vos courses?

L.B. Pour les courses rapides, je vais au Centre Manor Chavannes (ch. Industriel, Chavannes-de-Bogis) et à la Migros (1, ch. de la Fontaine, Nyon). En fait, j’adorerais avoir un potager en permaculture et le jardinier qui va avec, car je n’ai pas la main verte! Le week-end, j’aime aller au marché (94, place du Mont-Blanc, Chamonix-Mont-Blanc) avec mon mari découvrir de beaux produits du terroir et inventer des nouvelles recettes.

ELLE SUISSE. Une femme que vous admirez?

L.B. Charlotte Bouvard. Elle a fondé il y a quinze ans l’association SOS Préma qui se bat pour protéger les plus petits et les plus fragiles d’entre nous. Je l’ai rencontrée en Patagonie chilienne, un coup de foudre amical! C’est une femme inspirante et inspirée qui a accompli un travail phénoménal pour que la voix des familles fragilisée par une naissance arrivée bien trop tôt soit entendue. Elle envisage de créer l’antenne suisse et cherche actuellement des fonds dans ce but.

Tags : Femme · Inspiration · Sport