Bucherer s’associe au CFP Arts de Genève pour dénicher le talent de demain

5 juin · Modifié · Belinda Gervasoni

Elle a 18 ans, et son avenir est déjà très prometteur! Fanny Lienhard est étudiante au Centre de Formation Professionnelle des Arts de Genève. Le 30 mai dernier, elle remportait un concours de design, organisé par la Maison Bucherer à Genève, qui relevait de la plus haute exigence.

Pour la 2e année consécutive, le concours Bucherer Fine Joaillerie, réunissait dix candidats du CFP Arts de Genève. Ces jeunes étudiants en fin de parcours CFC, une formation en quatre ans, avaient la délicate et ambitieuse mission de créer un bijou, à partir d’une pierre: la Kunzite, d’une valeur de CHF 1500.- . Une gemme rose de 12,4 carats, choisie par les élèves et offerte par la Maison suisse. L’expérience est née pour challenger la créativité des jeunes talents, qui se confrontaient pour la première fois aux critères d’excellence d’une marque prestigieuse, et aux contraintes du marché de la haute joaillerie. Une association prometteuse, imaginée par Antonio Teixeira, directeur de Bucherer Genève.

« J’ai fait la connaissance de Monsieur Richard Carbonnelle en charge du cursus Bijouterie- Joaillerie au CFP Arts de Genève qui m’avait montré quelques créations de ses élèves. Je dois dire qu’il y avait beaucoup de talent dans tout cela et je trouvais dommage que ces pièces ne soient pas admirées par le grand public. La Maison Bucherer a toujours été très impliquée dans le tissu économique, dans les différents villes où elle est présente. De plus étant moi-même issu de la voie professionnelle, c’est tout naturellement que m’est venue l’idée de mettre en place le concours Bucherer Fine Joaillerie. C’était l’occasion de mettre en avant la filière Bijouterie- Joaillerie et d’encourager les élèves en donnant de la visibilité à leurs créations. Et puis, dénicher la perle rare qui pourrait peut-être un jour intégrer nos ateliers, me réjouissait particulièrement! »

A lire aussi: La créatrice de haute couture Yiqing Yin s’allie à la marque suisse Vacheron Constantin

Ancrer dans la réalité du métier

Les jeunes étudiants ont présenté en avril dernier un dossier d’une quinzaine de pages retraçant, étape après étape, une réflexion construite. Durant un mois, chacun a dû imaginer, dessiner, envisager un bijou unique qui mettrait en valeur la précieuse pierre, tout en respectant des contraintes de création et l’âme même de la maison Bucherer. Les dossiers ont ensuite été présentés par Richard Carbonnelle, Maître adjoint à la direction du CFP ARTS Genève, à un jury de qualité réunissant une douzaine d’experts de la joaillerie, des professionnels de la vente, du design, des pierres, des bijoux, et objets précieux. Pour Richard Carbonnelle cette aventure représente une opportunité incroyable pour ses élèves.

« Cela apporte à nos élèves une mise en situation réelle du métier. Notre formation se concentre sur la création et la fabrication de joaillerie classique. Notre rôle est de former les élèves pour devenir des bijoutiers joailliers. Le fait de les mettre en situation permet d’ancrer les élèves dans la réalité du métier, et de rencontrer un public qui sait apprécier ce qu’ils proposent. Ça les rend fiers, ça crée une émulation entre eux, ce sont des aspects de leur apprentissage qui sont importants ».

Texte d’intention, croquis, plan technique, réflexions étayées, gouache finale, ils ont été notés sur la présentation, le contenu, la pertinence des références, l’esthétique et bien sûr la créativité et l’originalité. La gagnante Fanny Lienhard, nous a confié les étapes d’un travail important, mêlant une certaine audace à une imagination docile, le tout porté par une véritable passion pour un métier qu’elle est fière d’envisager.

A lire aussi: Le Neuchâtelois Raúl Pagès, lauréat d’un tout nouveau prix Louis Vuitton

« On commence avec une idée très générale du thème. Personnellement je me suis inspirée de trois collections emblématiques de Bucherer, Lacrima, B Dimension et Peekaboo. Dans chacune, j’ai pris un élément marquant, identifiant. C’est toujours très compliqué au début car il y a beaucoup de détails, beaucoup d’informations, beaucoup de questions aussi! Mais petit à petit, l’idée s’affine, le projet se dessine … et on arrive à quelque chose d’unique ».

« Sparkling Star », c’est le nom donné à sa broche, un bijou dans l’air du temps, puissant et moderne, qu’elle a créé au sein même du CFP Arts Genève, de la modélisation en 3D au sertissage. Fanny Lienhard l’a présenté lors d’une soirée spéciale au sein de la Maison Bucherer qui l’a récompensée. « Je suis très fière d’avoir gagné et très reconnaissante de pouvoir vivre cette expérience. Cela me prouve que les efforts fournis portent leurs fruits et c’est encourageant pour la suite. C’est une chance incroyable de pouvoir présenter une création personnelle basée sur la marque! J’ai pu développer une idée qui me ressemble complètement et qui a mis en avant mes quatre ans de formation ».

A lire aussi: Derrière la palme d’or du festival de Cannes 2024, la scintillante maison suisse Chopard

Fanny Lienhard s’envolera pour Paris à la rentrée prochaine pour passer un Bachelor dans le design numérique à la Haute Ecole de Joaillerie. Son rêve à présent, poursuivre sa formation en intégrant la Creative Academy de Milan. La sélection est difficile, mais on lui souhaite d’y parvenir. Retenez bien son nom, car nul doute que la Genevoise est promise à une belle carrière. Peut-être un jour pour la Maison Bucherer!

Tags : jeunesse · concours · école · Genève · Luxe

Elle a 18 ans, et son avenir est déjà très prometteur! Fanny Lienhard est étudiante au Centre de Formation Professionnelle des Arts de Genève. Le 30 mai dernier, elle remportait un concours de design, organisé par la Maison Bucherer à Genève, qui relevait de la plus haute exigence.

Pour la 2e année consécutive, le concours Bucherer Fine Joaillerie, réunissait dix candidats du CFP Arts de Genève. Ces jeunes étudiants en fin de parcours CFC, une formation en quatre ans, avaient la délicate et ambitieuse mission de créer un bijou, à partir d’une pierre: la Kunzite, d’une valeur de CHF 1500.- . Une gemme rose de 12,4 carats, choisie par les élèves et offerte par la Maison suisse. L’expérience est née pour challenger la créativité des jeunes talents, qui se confrontaient pour la première fois aux critères d’excellence d’une marque prestigieuse, et aux contraintes du marché de la haute joaillerie. Une association prometteuse, imaginée par Antonio Teixeira, directeur de Bucherer Genève.

« J’ai fait la connaissance de Monsieur Richard Carbonnelle en charge du cursus Bijouterie- Joaillerie au CFP Arts de Genève qui m’avait montré quelques créations de ses élèves. Je dois dire qu’il y avait beaucoup de talent dans tout cela et je trouvais dommage que ces pièces ne soient pas admirées par le grand public. La Maison Bucherer a toujours été très impliquée dans le tissu économique, dans les différents villes où elle est présente. De plus étant moi-même issu de la voie professionnelle, c’est tout naturellement que m’est venue l’idée de mettre en place le concours Bucherer Fine Joaillerie. C’était l’occasion de mettre en avant la filière Bijouterie- Joaillerie et d’encourager les élèves en donnant de la visibilité à leurs créations. Et puis, dénicher la perle rare qui pourrait peut-être un jour intégrer nos ateliers, me réjouissait particulièrement! »

A lire aussi: La créatrice de haute couture Yiqing Yin s’allie à la marque suisse Vacheron Constantin

Ancrer dans la réalité du métier

Les jeunes étudiants ont présenté en avril dernier un dossier d’une quinzaine de pages retraçant, étape après étape, une réflexion construite. Durant un mois, chacun a dû imaginer, dessiner, envisager un bijou unique qui mettrait en valeur la précieuse pierre, tout en respectant des contraintes de création et l’âme même de la maison Bucherer. Les dossiers ont ensuite été présentés par Richard Carbonnelle, Maître adjoint à la direction du CFP ARTS Genève, à un jury de qualité réunissant une douzaine d’experts de la joaillerie, des professionnels de la vente, du design, des pierres, des bijoux, et objets précieux. Pour Richard Carbonnelle cette aventure représente une opportunité incroyable pour ses élèves.

« Cela apporte à nos élèves une mise en situation réelle du métier. Notre formation se concentre sur la création et la fabrication de joaillerie classique. Notre rôle est de former les élèves pour devenir des bijoutiers joailliers. Le fait de les mettre en situation permet d’ancrer les élèves dans la réalité du métier, et de rencontrer un public qui sait apprécier ce qu’ils proposent. Ça les rend fiers, ça crée une émulation entre eux, ce sont des aspects de leur apprentissage qui sont importants ».

Texte d’intention, croquis, plan technique, réflexions étayées, gouache finale, ils ont été notés sur la présentation, le contenu, la pertinence des références, l’esthétique et bien sûr la créativité et l’originalité. La gagnante Fanny Lienhard, nous a confié les étapes d’un travail important, mêlant une certaine audace à une imagination docile, le tout porté par une véritable passion pour un métier qu’elle est fière d’envisager.

A lire aussi: Le Neuchâtelois Raúl Pagès, lauréat d’un tout nouveau prix Louis Vuitton

« On commence avec une idée très générale du thème. Personnellement je me suis inspirée de trois collections emblématiques de Bucherer, Lacrima, B Dimension et Peekaboo. Dans chacune, j’ai pris un élément marquant, identifiant. C’est toujours très compliqué au début car il y a beaucoup de détails, beaucoup d’informations, beaucoup de questions aussi! Mais petit à petit, l’idée s’affine, le projet se dessine … et on arrive à quelque chose d’unique ».

« Sparkling Star », c’est le nom donné à sa broche, un bijou dans l’air du temps, puissant et moderne, qu’elle a créé au sein même du CFP Arts Genève, de la modélisation en 3D au sertissage. Fanny Lienhard l’a présenté lors d’une soirée spéciale au sein de la Maison Bucherer qui l’a récompensée. « Je suis très fière d’avoir gagné et très reconnaissante de pouvoir vivre cette expérience. Cela me prouve que les efforts fournis portent leurs fruits et c’est encourageant pour la suite. C’est une chance incroyable de pouvoir présenter une création personnelle basée sur la marque! J’ai pu développer une idée qui me ressemble complètement et qui a mis en avant mes quatre ans de formation ».

A lire aussi: Derrière la palme d’or du festival de Cannes 2024, la scintillante maison suisse Chopard

Fanny Lienhard s’envolera pour Paris à la rentrée prochaine pour passer un Bachelor dans le design numérique à la Haute Ecole de Joaillerie. Son rêve à présent, poursuivre sa formation en intégrant la Creative Academy de Milan. La sélection est difficile, mais on lui souhaite d’y parvenir. Retenez bien son nom, car nul doute que la Genevoise est promise à une belle carrière. Peut-être un jour pour la Maison Bucherer!

Tags : jeunesse · concours · école · Genève · Luxe